Le tournoi des Cinq Couronnes

Journal de bord - 30 Octobre 2015

Les sons de l’autre côté de la porte furent ceux d’un groupe d’orques. Sans aucune difficulté, le groupe d’aventuriers purent s’en occuper sans trop de dégâts. Après avoir fouillé la pièce au peigne fin, le groupe décida de continuer vers une autre porte, depuis la pièce, au lieu de rebrousser chemin.

Ce ne fut après qu’un dizaine de minute que le groupe tomba nez à nez sur une petite figure tamisé dans l’ombre. Elle portait un bâton dans sa main gauche, dégageant un étrange brouillard dans la totalité du couloir. Lorsque les aventuriers cherchèrent à connaitre l’identité du personnage, elle ne fit que rire d’un air dément, tandis que les héros tombèrent l’un après les autre comme des mouches. Le gaz fit sombrer le groupe dans un univers étrange.

Le groupe se retrouva donc au centre d’un salle circulaire entouré par un énorme puits de lave. Certains d’entre eux reçurent une vision de eux-même, leur donnant à chacun des directives pour comment revenir vers leur monde. Seul bémol: il ne devait en aucun cas révéler cette nouvelle information.

Aldibert de Beux était aux courant que ce lieu était une illusion, et que mourir était le moyen de fuir cette endroit. Caus Lacan, lui, savait qu’il y avait un traître dans son groupe, qui cherchait à tuer les membre de son équipe. Loki Rin’eni devait libérer un ange, se trouvant à plusieurs mètre au nord, mais Grashnorr savait qu’il s’agissait en réalité d’un démon qui, si libérer, allait détruire le monde. Pendant ce temps, Zakhar Anuminas cherchait tant bien que mal de comprendre ce qui se passait.

Après ce qui semblait être plusieurs heures, le groupe se réveilla enfin de ce cauchemar, et purent continuer dans les profondeurs du couloir devant eux.

Mais la peur qui avait envahit leur esprit vivaient encore en eux, cacher dans les profondeur de leur subconscient…

View
Journal de bord - 2 Octobre 2015

Après avoir quitté Emura, le groupe se dirigèrent donc à présent vers Bartur, dans l’espoir de trouver la paix… par l’épée.

Après quelques heures de marche, les aventuriers se retrouvèrent devant un paysage désertique. Les orcs avaient rasé une bonne partie de la forêt autour de leur nouveau bastion. Au loin, il était possible de distinguer Bartur qui avait été “rénovée” par les nouveaux locataires. Les tours en bois entourèrent à présent la ville, et des rondes de goblins et d’orcs pourchassent tous les intrus qui s’approche trop près de leur antre. Le groupe suivirent Loki, qui les guidèrent jusqu’à l’entré du passage secret.

Après avoir soulevé la roche pour dévoilé le passage, Grashnorr prêta la corde qu’il avait judicieusement acheté pour une occasion similaire. Rendu en bas, le groupe se retrouva à l’intérieur de la mine qu’il s’avait aperçu il y a plusieurs années, de leur première visite dans les souterrains de Bartur. Décidément, le travail semble avoir bien avancé. À leur pieds, une douzaine “d’esclaves” n’avait pas eu la chance des autres. Ils étaient mort à l’entrée des souterrains…

Le groupe reprirent la route, et tombèrent nez à nez avec des ogres. Le combat fut ardu, mais la victoire fut remporté!

Nos héros continuèrent jusqu’à une intersection, où trois chemin s’ouvrèrent à eux. Celui devant-eux, une porte en métal, était verrouillé. Après plusieurs tentatives de crochetage, le groupe décida de se diriger vers la prison, peut-être trouveraient-ils la clé? Arrivé à aux cellules, ils virent plusieurs personnages coincé à l’intérieur, probablement morts, mais ce qui attira le plus l’attention du groupe était une silhouette familière… Zuko!?

Le groupe se dépêcha à le libérer l’homme et à le questionner sur ses motifs. Il raconta qu’il était, encore, venu voir un vieil ami. Le groupe le nourri, Mordecai lui passa une arme, et sans la clé, ils se redirigèrent vers les casernes.

Arrivé à la porte, il entendèrent des voix de l’autre côté…

View
Journal de bord - 18 septembre 2015

De retour à Flourisall, la compagnie fut introduite à un nouveau compagnon: un gnome des profondeurs du nom d’Aldibert de Beux. Envoyé par Le Roi de Féerune, ce gnome devait veiller sur la sécurité du petit groupe et s’assurer qui ne fasse aucune bêtise. En effet, une bande d’énergumène comme la leur devait être sous l’œil avisé du Roi, pour ainsi éviter toute catastrophe. Neutre à cette idée, le groupe accepta l’individus, sans rien lui demander de son passé ni de ses motivations.

De toute façon, depuis quand se sont-ils déjà intéressé à quelqu’un?

Zakhar prit de l’avance sur le groupe pour y détecter les dangers de la route, si danger ils devaient y avoir. Au milieu d’un boisé, Zakhar y aperçu un petit campement habité par 2 personnages. Croyant qu’il s’agissait d’un danger, l’elfe resta caché, laissant ses compagnons tomber eux-même dans un guet apen. Guet apent, où ils tombèrent nez à nez avec un groupe de bandits, ayant peut-être senti l’odeur d’un noble telle que Aldibert. Heureusement, grâce aux pouvoir offert par son maître-démon, Phelaia put effrayer le groupe d’agresseur, laissant ainsi à nos héros la chance de reprendre la route.

Après plusieurs heures de marche, le groupe se retrouva à l’orée du Bois du Silence. Prennant leur courage à deux mains, le groupe avança à l’intérieur de cette forêt cauchemardesque. Des visions de leur combat contre La Bête revinrent les hanter. Ils avaient presque perdu Grashnorr dans cette affrontement. Là encore, chacun d’entre eux ne put empêché de se rappeler de la Lanterne et de ses pouvoirs. Leur amis étaient-ils vraiment en danger? La bête souhaitait-ils leur faire peur, ou leur donner un avertissement..?

Arrivé à proximité d’ Internee Resell, les aventuriers retombèrent sur le village maudit. L’odeur de chair en décomposition monta aux nez de certains, les rendant malade. D’autres étaient trop mystérieux pour laisser le dégoût s’afficher sur leur visage.

Être en plein milieu d’un village dont les murs sont composé de chair humaines n’était pas une bonne raison pour perdre son attitude de gros dur.

Le groupe fuya rapidement ce lieu maudit, puis sorti du Bois du Silence. Le soleil était très près des vallées, à l’horizon. Se reposer à Emura semblait être une bonne idée.

Arrivé au petit village, le groupe fut averti par la garde que quelqu’un voulait leur parler, à la chapelle. À l’intérieur se trouva Mortimer, l’assistance d’Espoir, la prêtresse et maire du village. Mortimer offra la chambre aux aventuriers, qui acceptèrent avec plaisir l’invitation.

Le lendemain matin, alors qu’ils s’apprêtaient à partir, Phelaia décida d’aller parler à Espoir, simplement pour prendre de ses nouvelles. Étrangement, Mortimer semblait éviter le sujet, ce qui éveilla les soupçon du groupe. Ne pouvant plus tenir le morceau, Mortimer les amena vers le cimetière, où ils purent trouver… La tombe d’Espoir.

Effectivement, Espoir était décédé, mais étrangement, en 1343, soit 6 ans après que le groupe ait rencontrer la femme. Ce qui ne faisait aucun sens, puis qu’il avait rencontrer la tieflinne l’année même!

Mais que c’était-il donc passé..?

View
Journal de bord - 4 septembre 2015

La route vers Valrouge se fit sans encombre. Le groupe, quelques heures avant leur départ, profita de ce moment pour y acheter les provisions pour le voyage. Bien que le village ne soit qu’à quelques heures de marche, il fallait mieux se préparer d’avance.

Sur place, les aventuriers purent découvrir le saccage que les skaven avait causé sur leur passage: les bâtiments étaient dans un piteux état, et tous les citoyens semblait avoir fui ce lieu maudit… ou pire. L’équipe décida de se séparer en petit groupe, pour couvrir le terrain.

Zakhar trouva de l’équipement semblant appartenir aux hommes-rats. Les traces de sang, et les couleurs des uniformes ne correspondant pas à ceux de la garde mirent la puce à l’oreille de l’elfe.

De son côté, Loki profita du sérieux de la situation pour faire une blague à son équipe. Qui à dit qu’avoir la corde au cou par le roi de Féérune n’était pas une bonne raison pour faire des blagues, ruiner la mission et se retrouver 6 pieds sous terre? Personne, évidemment. L’elfe noir usa de sa magie d’illusion pour émettre un cri au-delà des champs de blé. L’équipe se regroupa, puis prirent la direction d’une vieille grange, au loin, vers la direction des cris.

Arrivé sur les lieux, tous était calme. Trop calme. Zakhar décida de passer par le toit, tandis que Grashnorr prit l’option la plus simple: celle vers la porte. Cette dernière éclata dans un fracas assourdissant, mais de l’autre côté, il n’y avait personne. Grashnorr prit l’initiative de foncer dans les tas de foin. Probablement que son esprit simplet pensa y trouver l’origine des cris.

Soudain, un groupe d’homme-rats sautèrent sur les aventuriers. Le combat fut difficile: l’ennemi avait l’avantage du poison. Le combat fut bref, et malheureusement, tous les rats purent s’enfuir hors de la grange, en direction de la foret. Le groupe prirent la course à leurs recherche, laissant Phelaia derrière, gravement blessé.

Cette dernière se déplaça péniblement vers le moulin, où elle put se reposer en toute “sécurité”, si on considère la venue d’un barbare demi-dragon avec du poil qui détruit tout, “sécuritaire”. Pendant ce temps, le reste du groupe poursuivirent encore l’ennemi, qui s’était caché dans un buisson. Une flèche lui parcourait le torse, probablement celle de Zakhar. Les héros profitèrent de l’incapacité du skavens pour l’interroger, mais le monstre avait la langue dans sa poche. Il garda son secret dans sa tombe.

De retour à Valrouge, le groupe refouillèrent de nouveau la cache des skavens, et purent y trouver une cassette dissimulé sous le plancher. Ils y trouvèrent quelques pièces et une note au nom de Goboch “Le destructeur”. Il semble que ce vieil orque soit encore à la recherche d’artefact pour sa collection, mais dans quel but? Il faudra en avertir le Roi de Féerune. L’avenir du royaume est peut-être en danger…

View
Journal de bord - 28 août 2015

Le compagnie se réveilla en plein milieu du Bois du Silence. Enfin, le nom n’avait plus vraiment raison d’être: les chants des oiseaux, ainsi que le claquement des branches, avaient repris place dans la forêt. Nos héros, fatigués par leur bataille contre La Bête, reprenait peu à peu le poil de cette dernière. À l’exception de Grashnorr, qui était passé à un cheveux du sommeil éternelle…

Mordecai Anuminas prit connaissance des détails de l’affrontement aux autres membres du groupe. Pendant ce temps, Loki de la maison Rin’eni prit la peine de ramasser la rouge lanterne du monstre. Elle serait peut-être utile aux dans les temps à venir. Le groupe décida tous de même de reprendre la route. Ils étaient tous fatigué, le soleil ce couchait bientôt, et une bonne nuit de sommeil leur ferait le plus grand bien.

Le groupe se dirigea donc vers Flourisall, grande capitale de Féérune. Si on pouvait dormir comme un bourgeois, c’était bien ici. Après un accueil assez chaleureux et sans encombre, la compagnie en profita pour refaire le plein de provision et réparer leur équipement. Puis, ils prirent chambre dans une auberge, et se reposèrent pour la nuit.

Malheureusement, tout n’était pas aussi simple, et la guerre faisait toujours rage à Féerune. On pouvait y sentir jusqu’à la grande capitale. Une attaque nocturne prit place en plein milieu de la ville. Nos héros sortirent rapidement de leur chambre, à l’exception de Loki, qui profita du chaos pour refaire ses poches. Au milieu de la route principale ce tenait Korgak “Le Brise Crâne”, anciennement rencontré par le groupe lors de la bataille de Bartur. Évidemment, il est ici pour reprendre sa revanche, mais particulièrement sur Mordecai, pour réparer l’affront de son œil brisé.

Grashnorr, toujours prêt à en découdre, prendra la plupart de coups, avec Caus Lacan pour le maintenir en vie le plus possible. Malheureusement, le corps du Drakéide ne pouvant pas supporter toute ses blessures, s’affaire au seul. Heureusement, Phelaia réussi à tuer l’orque, et repoussé l’assaut. Grashnorr aura goûter à nouveau la mort de très peu. Le groupe pouvait enfin dormir en paix.

Ou ce qu’il croyait. Très tôt au dit matin, un groupe de garde entrèrent dans l’auberge pour y kidnapper Loki. Il semble qui ait travailler pour les Skaven durant l’attaque, et sera puni par une sentence de mort. Nos héros, voulant à tous prit sauver le compagnon, se dirige vers la place publique, en essayant d’éviter le massacre.

À la potence se situe déjà deux hommes-rats, ajouté à cela l’elfe noir. Le Roi de Féerune entre en scène, plaidant les accusations du pauvre Loki. Caus cherche à prouver son innocence, mais même si ses arguments sont très bon, le passé criminel de l’elfe s’écrit sur plusieurs pages. Mais le roi est compatissant: il offre le pardon à Loki si ce dernier, ainsi que ses amis, se débarrasse des envahisseurs Skaven à Valrouge et ses environs. Nos héros accepte, laissant ainsi à leur ami quelques jours de plus à vivre.

Décidément, tous va de mal en pire, mais les aventuriers ne sont pas à la fin de leur soucis…

View
Journal de bord - 6 juillet 2015

Le groupe de mercenaires reprirent la route, sous les indications de Mordecai Anuminas, dans les profondeurs du Bois du Silence. La lumière ce fit de plus en plus rare, à l’exception des torches portés par les aventuriers.

C’est en s’aventurant davantage dans la forêt que des toiles d’araignées purent être aperçus sur les arbres; les bosquets. Bosquets énormes, soit-dit en passant. Comme si la forêt aurait agrandit, ou qu’il aurait rétrécit. Dans la noirceur, des cliquetis s’entendait dans toute les directions. Au loin, une doline, nid de nombreux œufs d’araignées géantes. Leurs mères les protègent, au péril de leur vie. Ce qu’elles ont faite…

Phelaia découvrit, sous l’une des œuf, une sortie de tunnel s’enfonçant dans les profondeurs de la terre. N’ayant nulle part d’autre où aller, le groupe prit cette direction.

Ce fut après plusieurs minutes de marche, plus un embranchement, que les mercenaires tombèrent sur le village de Internee Resell, paisible bourgade en bordure de la montagne. Le groupe décide de s’y reposer pour la nuit.

Le lendemain, Caus Lacan semble réaliser que quelque chose de louche plane sur le village de Internee Resell. À l’aide de ses pouvoirs divins, il tente de détecter la magie des environs. Malheur! Ces yeux brûlent de par l’excès de magie de la zone. Un hospitalier vient à leur rescousse, mais Grashnorr et Phelaia décide de prendre la route, laissant leurs amis avec ce parfait inconnu. C’est en sentant une supercherie que Caus interrogea l’hospitalier. Avant d’en avouer d’avantage, l’homme disparu, soulevant l’illusion du village de Internee Resell.

Le sympathique village laissa place à une atmosphère cauchemardesque: des maisons ravagées, des lambeaux humains couvraient les murs des maisons, des hommes et des femmes composèrent la face, et l’intérieur, des montagnes, et une rivière de sang chaud coulait à proximité du village. Était-ce encore une illusion? Était-ce cela, l’illusion?

Le groupe ce rapprocha de plus en plus de la lanterne. Au loin, ils pouvaient apercevoir sa lueur, chaleureuse et invitante. Sans perdre une seconde, le groupe se rua vers sa lumière, laissant au loin Grashnorr, de glace.

Plusieurs se bousculèrent pour atteindre la lanterne, mais Phelaia fut la plus rapide. Enragée, elle obligea ses “alliés” de reculer, ou les conséquences seraient désastreuse. Ainsi, elle dut avouer son pacte avec un certain Orcus, un démon extrêmement puissant. Mordecai, hors de lui, tira une flèche vers Phelaia, qui répliqua par l’un de sort, qui fit tombé l’elfe au sol.

Avec un allié en moins, Grashnorr s’approcha du groupe, essayant tant bien que mal de suspendre la discorde. À ce moment précis, un homme passa sa main derrière le Drakéide, qui tomba au sol, inerte. C’était l’hospitalier de Internee Resell, mieux connu sous le nom de La Bête. Elle proposa un marché à Phelaia et Caus: mettre l’âme de Grashnorr dans la lanterne, ou il sera sécurité tant et aussi longtemps que la lanterne restera allumé.

L’obsession de La Bête trahit ses intentions et ses motivations: Pourquoi voulait-elle à tous pris gardé la lanterne allumé, ce n’est pas comme si elle vivait à l’intérieur. Mais peut-être que..? Phelaia souffla sur la flamme de la lanterne, et plongea la forêt dans la…

Noirceur.

View
Journal de bord - 22 mai 2015

C’était peu après la présence de cette effroyable dragon que le groupe de mercenaires s’hâta à leur prochaine objectif: découvrir la vérité derrière les simagrées de Loki. C’est après plusieurs minutes que ce dernier promis de ne plus recommencer, ou bien il sera banni du groupe. Un épée de Damoclès pend au-dessus de la tête du pauvre elfe noir…

Phelaia préféra ce diriger sur la Route des Rois, et le reste du groupe décida d’en faire tout autant. Avant de partir, il allèrent faire leur adieu à Espoir, et décidèrent de récolter un peu plus d’information sur le dragon qu’ils ont aperçu cette dernière nuit. Le sage Jonathan leur raconta une légende sur jeune garçon, protégé par un homme, qui, plusieurs années plus tard, sauvera la vie de son arrière-petit fils, et l’aurait élevé dans une grotte rempli d’or. Ce n’était qu’un légende, mais bon, c’était les seuls informations que le groupe pouvait obtenir, pour le moment.

En chemin, ils rencontrèrent les barbares de Nabagol, fêtant une étrange fête du nom de Le Dimanche barbare. Évidemment, le groupe préféra ne pas rester plus longtemps avec ce groupe d’énergumènes.

Ils rencontrèrent ensuite un homme étrange, encapuchonné. Il était très silencieux, trop, même… Il laissa tomber un lettre, avant de disparaître mystérieusement. Cette lettre était destiné à un “mortel”, annonçant la participation de ce dernier au tournoi des Cinq Couronnes. C’était trop beau pour y croire! Était-ce un jour de chance pour ce groupe de mercenaires, pourtant si banale? Ou peut-être n’étais-se qu’un accident? Et si la lettre appartenait à quelqu’un d’autre? Le groupe s’en fichait. Avec cette invitation, tous leurs rêves pourront devenir réalité!!

Le groupe s’approcha des chaines de montagnes ou ils ont puent apercevoir la ville naine de Tarkan, et son immense muraille de fer. On leur refusa l’accès, disant que les citoyens des environs étaient atteinte d’une étrange maladie, leur donnant une peau écailleuse et une force surhumaine. C’était vraiment étrange. Les mercenaires contournèrent la ville, sans trop y poser attention.

Les mercenaires s’aventurèrent ensuite dans le Bois du Silence, où ils furent attaqué par d’étrange homme-plantes. Après ce qui semblait être des heures de marches, le groupe découvrit qu’il était perdu: cette arbre semblait exactement pareil à celui qu’ils ont vu récemment. Chacun d’entre eux ce séparèrent, et s’enfoncèrent plus profondément dans la forêt.

Un étrange brouillard apparu devant chacun des aventuriers. Au bout de celui-ci, un connaissance de chacun d’entre eux, leur proposant une mission bien simple: sauvez leurs âmes du Bois du Silence, retrouvez la lampe, et sortir de ce lieu maudit. Il n’y avait qu’un obstacle: ne pas faire confiance à La Bête.

Le pire cauchemar des aventuriers, ne faisait que commencer…

View
Journal de bord - 8 mai 2015

La querelle entre les habitants d’ Emura et de Bartur ne faisait que commencer… La dispute entre Espoir et “Le prince” Kisarkai Vallée D’argent faisait encore rage, et ce depuis des années…

Les mercenaires décidèrent de demander à Espoir sa vision des choses sur la “guéguerre” entre les Emuriens et les Barturiens. La tieffeline leur dit qu’elle ne voulait pas être concerné par ces disputes, mais la guerre arriverait probablement dans les jours à venir. Elle demande aux mercenaires d’aller voir le prince et lui demandé sa version des faits.

Le prince, lui, ne croyait pas aux compétences d’Espoir comme leader des Emuriens. Il préférait plutôt un duel, entre lui et Espoir, pour définir le leader du village. Espoir étant incapable de ce battre, laissa sa place à Phelaia, en qui elle avait confiance. Le prince, lui, préféra rembourrer la bourse Loki, et l’engagé comme champion.

Loki passa le reste de la journée à saboter la victoire de Phelaia, mais il en fut incapable: la forte perception de la tieffeline trahit les intentions de l’elfe noir. C’était gênant…

Le lendemain, vers l’après-midi, le duel prit place entre Loki et Phelaia. Malheureusement, cette dernière perdit très rapidement la bataille. La magie de Loki était plus puissante que la sienne. Espoir n’en croyais pas ses yeux: le prince avait abandonner son propre défi, en causant un déshonneur dans la famille Vallée D’argent.

En rencontrant le prince, ce dernier ne semblait pas déçu de cette décision. Il démarra ainsi une guerre civile à l’intérieur des murs d’Emura. Elle dura toute la journée, jusqu’à ce que Grashnorr, après avoir terrassé la moitié des forces de Kisarkai. Ce dernier s’enfuit, lâchement, pour ne pas revenir le jour suivant. Personne ne savait où il était parti.

Il ne restait plus qu’à brûler la tente du prince, et finir officiellement la guerre d’Emura. Seulement, Espoir retrouva le paquet de carte de la famille Vallée D’argent dans la tente, et l’offra à Loki. Si le “prince” avait fait confiance à l’elfe auparavant, il méritait bien ce cadeaux de sa part

Alors que les cendres s’ensevelit sur le sol, un cri strident perça la nuit: un créature mystique, doté de puissantes ailes et un d’énorme carrure: un dragon, serait-se possible?

C’était belle et bien une journée qui allait rentrer dans l’histoire d’Emura!

View
Journal de bord - 1 mai 2015

“Le Vagabond” Zuko, ainsi que les mercenaires engagés par “Le prince” Kisarkai Vallée D’argent, était en route vers le Fort Bartur, actuellement occupé par les forces orques. La route était longue, surtout sans les chevaux acheté par Mordecai Anuminas, mais il fallait vivre avec…

Zuko semblait peu discret dans ses interlocutions avec les aventuriers. Il se posait beaucoup de question sur le passé de chaque individus qui le suivait, mais refusait de répondre à les leurs (sauf Grashnorr, qui répondit avec bonne humeur). Quand “curiosité” rime avec “danger”…

Le groupe chercha une entrée dans la mine de Bartur, recommandé selon Zuko, qui semblait connaitre de nombreux passages secrets menant à la ville. Malheureusement, la mine était déjà sous l’emprise des orques, qui utilisait à présent des esclaves; anciens camarades de la bataille de Bartur, comme main d’œuvres abordable. Sous le sous-nombres évident, le groupe dut fuir vers un autre passage, un peu plus sur, cette fois.

Arrivé en ville, le groupe empruntèrent d’autres passages directement dans le manoir royale. À l’intérieur, Garkir “La terreur” et son second, prêt à en découdre. Le combat fut difficile, mais la victoire fut assuré. Les âmes des victimes de Garkir pouvait enfin dormir en paix: “La terreur” n’était plus… Grashnorr prit un plaisir malsain à profaner le corps du monstre, au grand regret du Vagabond.

Arrivé dans la crypte royale, le groupe put y apercevoir la tombe des anciens roi et reines de Bartur. À son centre, la tombe du roi Philippe Vallée D’argent, et un étrange objet sur un piédestal: un simple paquet de cartes. Phelaia, ayant déjà eu vent de ce genre d’objets, reconnu un Paquet d’illusion. Avec l’objet magique en main, le groupe put revenir à Emura, mais Zuko resta quelques minutes de plus, à contempler la tombe de son meilleur ami…

Il demanda au groupe si l’un d’entre eux ne s’était jamais senti seul. Si l’un d’eux n’avait jamais eu l’impression d’être seul au monde; que tous le monde leur tournait le dos; que l’univers ne souhaitait que de les voir disparaître. Une larme coulait sur la joue du vieil homme. Les aventuriers, eux, restèrent de glace face aux lamentations du Vagabond…

Revenu à Emura, ils remirent en main propre le Paquet au Prince, qui leur remercièrent avec une généreuse récompense.

À présent, le groupe vit avec la famille qu’ils ont rencontré il y a quelques jours, et le médecin sauver durant la bataille. Une étrange tieffeline mène les Emuriens vers une révolte contre le Prince et ses hommes. Et sans Zuko pour apaiser la colère des deux camps, la vie à Emura était sur le point de changer. À jamais.

View
Journal de bord - 24 avril 2015

Le groupe se rassemblèrent à l’ouest de la ville, tandis que Garkir “La terreur” se repliait hors de la ville. C’était déjà une bonne chose. Mais la guerre faisait encore rage, et l’armurerie était à présent attaqué. Nos héros s’y rendirent sans hésiter. Une embuscade de gobelins ne leur causèrent aucun problème, mais un spectacle désolant se dessinait à présent devant leurs yeux…

Des corps ravagés, des gardes tous comme des mercenaires, vaincu au combat par une énorme créature. Un ogre. Ce mastodonte aida à présent les orques à rapatrier de l’armement vers leur campement. Le groupe réussirent à décimer les troupes ennemis, mais il était trop tard… La ville était complètement submergé, y ne restait plus qu’à fuir ce lieu maudit.

Caché dans ce vieux cottage durant plusieurs heures, le groupe de mercenaire de ce matin, celui accompagné par Mordecai Anuminas, retrouvèrent le groupe et les escortèrent vers Emura, un village étant aussi sous le règne du prince Kisarkai.

Arrivé à Emura, le groupe revirent Zuko et le Prince, qui leur affirma que l’artefact convoité par les orcs était peut-être encore dans la crypte de la famille de Kisarkai. Ils ne restait plus qu’à nos héros, accompagné du vieux Zuko, de retourner à Bartur, maintenant sous l’occupation des orques, et d’y ramener l’artefact au Prince.

Mais ce vieil homme est très louche: Disparaissant que lorsque cela l’enchante, tous le monde le connais mais peu souhaite sa présence. Qu’elle est donc le passé de cet homme mystérieux?

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.